Dans une boutade (amère) , j’ai annoncé : « le monde d’après ? Comme le monde d’avant…..en pire » . Le système dominant n’est en effet pas prêt à laisser le monde d’après prendre , ni la voie écologique , ni une autre voie que la sienne . Ce monde d’après est riche d’idées , mais hélas , elles ne sont pas partagées par tous , et nécessitent des choix clairs . Et ces choix ne passeront obligatoirement que par des rapports de force difficiles .

Ce que nous venons de vivre , un virus inconnu , une sorte de grève générale mondiale pour cause de mise à l’arrêt de l’économie planétaire , a généré beaucoup d’anxiété , mais nous a fait découvrir aussi que tout pourrait changer , que nous pourrions rebâtir sur les ruines de « monde d’avant » écroulé comme un château de cartes . Au moment où les libéraux cessaient de psalmodier leurs mantras , il a paru évident qu’il fallait faire du neuf ! Même les organes de l’oligarchie se sont laissés aller à des prescriptions qui n’auraient pas fait rougir les lecteurs de l’Huma ou de Politis . Mais rapidement une fois l’état de sidération passé , les dominants ont commencé à donner de la voix . De Thierry Breton à Geoffroy Roux de Bézieux , il n’était question que de « relance » , de « baisse des charges » ou de « mettre fin à la contribution sociale de solidarité des sociétés » , et bien sûr , de remettre en cause la durée du travail afin de « relever » l’économie et de regagner le temps perdu par plus de consommation , plus de saccage de la planète et encore plus de bénéfices boursiers juteux .

Nicolas Hulot , qui pense qu’il serait possible de réagir si tout le monde s’entendait gentiment , a énoncé sur France Inter , au cours d’une opération de communication , cinq propositions dans une liste lénifiante noyée dans une guimauve de bons sentiments .

Mais transformer le monde d’avant en un monde plus juste , plus fraternel et éviter l’aggravation de la crise écologique suppose la radicalité . Espérer convertir à la transition écologique , les lobbies , les Gaffas , les milliardaires et les financiers relève de la candeur ou de la naïveté .

Qu’on le veuille ou non , le monde est régit par des rapports de force . Bruno Le Maire rappelle d’ailleurs « les rapports de force vont devenir de plus en plus brutaux » . Ils s’expriment lorsque le gouvernement , sous couvert de la lutte contre le Covid-19 , tente d’imposer la numérisation généralisée de l’éducation , de la santé et de la vie privée , et que les industriels exigent des reports , des moratoires et des annulations de taxes au nom de la crise sanitaire en murmurant « business as usual » à l’oreille des gouvernants .

Pour éviter l’aggravation de la catastrophe écologique , plutôt que des bons sentiments , des mesures radicales sont nécessaires . Il y a deux enjeux essentiels : la fiscalité et la dette . On ne pourra pas mener une politique véritablement écologique sans la réduction drastique des inégalités et la lutte contre l’évasion fiscale . Quant à la question de la dette , soit on fait payer toute la société , ce qui aggravera les inégalités , soit on mutualise les taux d’intérêts au niveau européen (Pikety) , soit on la transforme en dette perpétuelle (Mélenchon) . Ces deux points , la fiscalité et la dette , sont donc les bases d’un changement véritable .

Il est vain d’attendre quoi que ce soit des gouvernants , ni d’un hypothétique « green new deal » ; il est inutile d’accorder du crédit à un président qui profite du confinement pour imposer des projets contestés (élargissement de routes , centrale électrique en Guyane) et permet aux préfets de déroger aux normes environnementales au nom de la relance économique . La prétendue « recherche de l’unité nationale » prônée par Nicolas Hulot et Matthieu Orphelin ne sert qu’à noyer le poisson . Sur le plan politique , il est urgent de déconnecter l’élection présidentielle des législatives , afin d ’empêcher de donner trop de pouvoir à un président qui en use et en abuse .

En résumé , si nous avons véritablement la volonté de créer le « monde d’après » plus conforme aux idées de justice , d’égalité et de liberté , il importe d’abord de réaliser trois point importants . Contrer les lobbies dans leur volonté de poursuivre leur fuite en avant et leur course à la productivité suicidaire , réduire les inégalités et annuler la dette , et enfin modifier la constitution et tendre vers une 6ème République .

Laisser un commentaire